Lilyane Rachédi

Titulaire de la Chaire Canada 2019

Lilyane RACHÉDI

Invitation :
Activités scientifiques :
Publications, conférences, articles :  (voir pdf)
Coopérations :
Partenariats structurels :

 

BILAN DU SÉJOUR COMME PROFESSEURE ET CHERCHEURE INVITÉE, TITULAIRE DE LA CHAIRE COMUE SUR LE CANADA-Université de Poitiers

SÉJOUR DU 19 FÉVRIER AU 18 MARS 2019

La concrétisation de ce séjour à l’Université de Poitiers est le fruit d’un long travail mené par Ariane Le Moing depuis le printemps 2018. En effet, le défi de cette formule d’invitation consiste à faire arrimer les attentes, besoins de différents milieux, soient les milieux universitaires (Recherche et Enseignement) et les associations hors les murs en France, aux champs de compétence et d’expertise du professeur-chercheur invité du Canada. À cela s’ajoute la gymnastique d’un calendrier à élaborer pour tenir compte des agendas de toutes les parties concernées. Je me permets donc ici de remercier chaleureusement Ariane pour ce travail de longue haleine et sa persistance à mener à terme ce projet.

Dans le cadre de cette expérience de partage et de transmission de connaissances, j’insisterai sur trois aspects pour faire le bilan de mon séjour. Essentiellement, ils s’expriment autour de la possibilité que j’ai eu de diversifier les espaces de diffusion, les destinataires et les thématiques présentées. Ensuite, pour l’avenir j’identifierai des perspectives de collaboration avec l’Université de Poitiers (la chaire, l’Institut (les laboratoires) et le volet enseignement).

1) Un séjour diversifié !

a) Une diversité des milieux/lieux de diffusion

Les interventions prévues ont eu lieu dans des milieux universitaires (3 au second cycle et 1 au troisième cycle) et associatifs à Poitiers (2). Les conférences ont donc déclenché des échanges différents et très appréciables.

b) Une diversité de public (étudiants second et troisième cycle, travailleurs sociaux et éducatrices)

Conséquemment au premier point, la pluralité des destinataires a été stimulante pour moi avec le défi de « formater » des contenus qui soient intéressants et accessibles aux différents publics.

c) Une pluralité de sujets exposés

J’ai pu diffuser des connaissances sur des sujets très variés mais dont le fil conducteur reste l’interculturalité. Ainsi, des sujets comme la mort en contexte migratoire, la perspective interculturelle, la recherche interculturelle, la Bibliothèque vivante ont été abordés. Ces sujets sont bien ancrés dans ma trajectoire d’enseignement et de recherche (culture de recherche partenariale). Il semble que cette articulation avec la recherche ait été très appréciée.

Finalement j’ai pu rencontrer des étudiants du second et troisième cycle (2) pour discuter autour des processus et méthodologies entourant la recherche. Ces échanges ont été très stimulants.

2) Les perspectives 2019-2020

Au niveau des activités scientifiques internationales, la co-organisation de la journée d’études en octobre 2019 (sur les récits impossibles), à l’université de Poitiers, constitue déjà une première étape significative. En ce qui concerne les publications, des actes de la Journée d’étude sont prévus. Au-delà de cet événement, il serait très intéressant de documenter le processus de rencontre des milieux associatifs et de l’Université autour de l’intervention interculturelle. Relativement aux activités d’enseignement, un séminaire de recherche interculturelle (perspective internationale) est en élaboration pour l’hiver 2020 (visio-conférence France-Québec). Enfin, les perspectives en recherche pourraient aboutir à l’organisation d’un Symposium international qui ferait l’état des lieux de la formation interculturelle (sujet déjà travaillé par Ariane Le Moing). À ce sujet le CRSH offre des concours qui serait tout à fait adaptés (CRSH connexion : www.sshrc-crsh.gc.ca/funding-financement/programs-programmes/connection_grants-subventions_connexion-fra). Voici déjà une proposition de titre pour ce Symposium France-Québec : La formation interculturelle au XXième siècle : état des lieux, enjeux et promesses.

Conclusion

Pour conclure, cette expérience a été très stimulante et enrichissante sur le plan intellectuel. Tout s’est déroulé avec un accueil et un accompagnement irréprochable et, une conviction forte que les univers de la pratique et de l’académique doivent collaborer pour faire avancer les savoirs et savoir-faire notamment autour de la perspective interculturelle.

 

Lilyane Rachédi
Professeure Titulaire, école de travail social, UQAM.

 

À lire au format PDF :

Notice individuelle Lilyane Rachédi

Bilan de Mme Lilyane Rachédi

Recherche

Menu principal

Haut de page