Comme le CEAQ antérieur, l’IEAQ a toujours été financé ou abondé par des dotations croisées, financières ou en documentation, de l’Ambassade du Canada, de l’Université de Poitiers par une participation des BQR (Bonus Qualité Recherche) des UFR au vu de projets, du gouvernement du Nouveau-Brunswinck et du Centre d’Etudes Acadiennes (CEA) de Moncton.

La participation de ces deux dernières institutions a permis en 20 ans de créer la plus importante bibliothèque consacrée à l’Acadie en Europe, aujourd’hui disponible au sein de la Bibliothèque de la MSHS, et dont les fonds – encore incomplètement indexés – sont en ligne sur le catalogue de celle-ci et de la bibliothèque universitaire de Poitiers. Dans cette bibliothèque, le fonds québécois connaît un développement plus récent mais rapide et il est heureusement complété par les collections de la Bibliothèque Universitaire Droit – Lettres toute proche qui bénéficie elle aussi d’un important fonds canadien.

Par le poids de sa composante acadienne, l’IEAQ tient donc une place tout à fait originale dans le réseau des 18 centres d’études canadiennes français et à l’intérieur de l’AFEC (Association Française d’Etudes Canadiennes) dont il est membre.

Fonds Canada

En parallèle des actions scientifiques menées dans le cadre de la chaire de recherche sur le Canada, une action de documentation et de valorisation scientifique commune s’est mise en place entre les universités et les SCD de La Rochelle, Poitiers et Limoges.

Historique :

Proposition d’une intégration du fonds documentaire du Centre Culturel Canadien au sein des bibliothèques universitaires du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (Pres) Limousin-Poitou-Charentes.

Suite à un contact entre l’ambassade du Canada et M.Poton de l’université de la Rochelle en 2012, l’idée d’un accueil du fonds documentaire du Centre Culturel Canadien a très rapidement fait son chemin. Après une première réunion des directeurs de Service Commun de la Documentation des universités du Pres (La Rochelle, Limoges, Poitiers), et après consultation du directeur de l’Institut d’études acadiennes et québécoises, le président du Pres, M. Bernard Legube, a donné son accord de principe à l’accueil et à la valorisation du fonds.

Ce fonds vient enrichir des collections déjà̀ initiées. Il sera entièrement entré sur le catalogue national Sudoc et bénéficiera par son attache à La Rochelle d’un lien privilégié avec l’Institut des Amériques (IdA). Ce fonds aura un impact structurant de premier ordre pour le projet de chaire d’études sur le Canada qui vient d’être mis en place. Une première réunion entre les responsables de cette chaire sur les 3 sites a indiqué la possibilité claire d’une répartition thématique stratégique.

Après les différents contacts voulus, ce projet a obtenu l’aval de l’Association française d’études canadiennes (AFEC) et de l’Institut des Amériques (IdA). La valorisation du fonds est indissociable d’une étroite coopération avec ces deux organismes qui structurent les études canadiennes au plan national.

Une convention a été signée entre les services de l’ambassade du Canada à Paris, la présidence du Pres Limousin-Poitou-Charentes et les directions des Services de documentation communs de nos trois universités.

Responsables chaire et fonds Canada :

André Magord, université de Poitiers, andre.magord@univ-poitiers.fr, Didier Poton, université de La Rochelle, didier.poton@univ-lr.fr
Guy Clermont, université de Limoges, guy.clermont@unilim.fr

Actions de valorisation du fonds Canada

La coopération très dynamique entre les SCD et les responsables de la chaire Canada et le soutien du PRES PLC, ont conduit Anne-Sophie Pascal et Stéphanie Grenier a participé au colloque international de l’AJCEEQ, qui a eu lieu à l’Université Humboldt à Berlin et dont les actes viennent de paraître sous la direction d’Hélène Amrit, dans le n°21 de la revue universitairePublif@rum sous le titre : « Le Québec recto-verso » Vous le trouverez à l’adresse suivante:

http://www.publifarum.farum.it/show_issue.php?iss_id=22

Par ailleurs,

  1. les 20.000 ouvrages ont été triés et entrés dans les fonds informatisés SUDOC des bibliothèques universitaires de La Rochelle, Limoges et Poitiers.
  2. A Poitiers, chaque colloque ou journée d’étude organisée sur le Canada et dans le cadre des activités de la chaire de recherche sur le Canada a été l’occasion de la publication d’un catalogue bibliographique.
  • colloque « amérindianités et savoirs » 2014: http://ieaq.labo.univ-poitiers.fr/centre-de- documentation/la-question-autochtone-dans-les-ameriques/
  • JE « dynamiques interculturelles dans le monde contemporain : http://ieaq.labo.univ- poitiers.fr/centre-de-documentation/la-diversite-culturelle-au-canada/

Des actions de valorisation ont été mises en ligne sur les sites suivants.

IEAQ : http://ieaq.labo.univ-poitiers.fr/ MSHS : http://mshs.univ-poitiers.fr/mshs/ SCD : http://scd.univ-poitiers.fr/
Les carnets de la MSHS : http://mshs.hypotheses.org/

Les BU sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/resodel, https://www.facebook.com/bumichelfoucaultpoitiers, https://twitter.com/SCD_Poitiers

A Poitiers une réunion a été organisée pour les doctorants sur les aspects de valorisation de la recherche via les services du SCD et sur les ressources nouvelles offertes par le fonds Canada.

Réunion : « valorisation de la recherche » avec Anne-Sophie Pascale, Responsable cellule TICn SCD, 26/12/2014

Présents : C Nguirane, A Dembele, E Doucet, N Rabalais, A Magord 1) les nouveaux services :

+ Expo SCD 2016 Poitiers, Limoges

LE CENTRE CULTUREL CANADIEN OFFRE SON FONDS DOCUMENTAIRE AUX UNIVERSITÉS DU PÔLE DE RECHERCHE ET D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR (PRES) LIMOUSIN POITOU-CHARENTES

Communiqué de presse mardi 2 avril 2013 Centre culturel canadien

Le Centre culturel canadien à Paris offre son fonds documentaire de près de 18000 ouvrages aux universités du Limousin Poitou-Charentes.

Ce transfert vers ce pôle universitaire d’excellence française est l’aboutissement d’un processus de transition engagé par le Centre culturel canadien dans le but de valoriser, optimiser et assurer la pérennité de cet important et vaste fonds documentaire canadien. Ce sont près de 18 000 livres de langues française et anglaise portant sur la littérature, l’histoire, le droit et les arts au Canada ainsi que 200 collections de revues qui sont ainsi cédés aux universités  de Limoges, Poitiers et la Rochelle .

Ce transfert vise à renforcer et accroître les liens forts existants entre ces universités et le Canada en permettant ainsi une meilleure accessibilité aux étudiants et aux chercheurs des universités du Limousin Poitou-Charentes, à ce riche fonds documentaire dès la prochaine rentrée universitaire. Au-delà de ces universités, l’inscription de ce fonds dans le catalogue national des bibliothèques du réseau des universités françaises (SUDoc), ainsi que le référencement sur le portail de l’Institut des Amériques, en permettra une meilleure diffusion et connaissance auprès de la communauté scientifique française et internationale.

Depuis de nombreuses années, les universités de La Rochelle, de Limoges et de Poitiers mènent des actions d’enseignement et de recherche portant sur le Canada et ont fondé, dans le cadre des universités du Limousin Poitou-Charentes, une chaire d’études sur le Canada qui accueille en résidence des chercheurs canadiens. Elles sont également membres du réseau d’établissements dénommé Groupement d’intérêt scientifique (GIS) de l’Institut des Amériques. Les universités ont travaillé ensemble à répartir ce fonds documentaire en fonction de leurs centres d’intérêts prioritaires.

La convention officielle de don et de transfert du fonds documentaire de la Bibliothèque du Centre culturel canadien aux universités du Pôle de Recherche et d’Enseignement supérieur Limousin Poitou-Charentes a été signée le mardi 2 avril 2013 à l’Université de la Rochelle, en présence de l’Ambassadeur du Canada, S.E. l’honorable Lawrence Cannon, du Préfet de la Charente-Maritime, Béatrice Abollivier, du Président du PRES Limousin Poitou-Charentes, Bernard Legube, ainsi que des représentants des universités de Poitiers, Limoges, La Rochelle et de l’Institut des Amériques.

 



Fonds Acadie

Cliquer pour ouvrir

Fonds de documentation sur l’Acadie le plus riche d’Europe, plus de 5000 ouvrages, (animation, développement, catalogues et fenêtres de recherche)

ieaq.labo.univ-poitiers.fr/centre-de-documentation

Fonds utilisés par les chercheurs tant pour la consultation sur place que pour le prêt qui s’élève à une centaine d’emprunts par an, il profite également aux nombreux étudiants étrangers qui travaillent sur l’Acadie et les autochtones au Canada, à l’Université de Poitiers. L’Université rend d’ailleurs disponible sur son site un bilan 2013 de la recherche sur le Canada ainsi qu’un bilan des activités de l’IEAQ depuis 1997 ainsi que la liste des publications des chercheurs.

L’IEAQ a également conçu des bibliographies numériques thématiques sur La diversité culturelle au Canada, La question autochtone dans les Amériques, Les contes populaires du Canada et L’Histoire de l’Acadie.

Le 13 septembre 2019, le GIS CollEx-Persée a octroyé le label CollEx qui identifie les collections d’intérêt national au fonds Acadie (fonds d’excellence pour la recherche), pour une durée de 4 ans (2019-2022) reconductible.

Le 18 mai 2020, le projet Acadie Sonore a été retenu par le Collex : ce projet s’inscrit dans le contexte des politiques de valorisation patrimoniale et dans celui du renouveau des études scientifiques à partir de fonds documentaires spécifiques : audio, audio-visuels et des archives écrites et photographiques liées. Il vise à documenter et à valoriser, via une plateforme numérique de pointe et adaptée à la nature essentiellement sonore des données, un fonds de littérature orale relevant d’un socle culturel solidaire : enquêtes de terrain réalisées en milieu rural depuis le début du xxe siècle, dans le Grand-Ouest français, l’Est canadien et la Louisiane. Les travaux sur ces fonds éclaireront le phénomène des circulations transatlantiques lié au fait acadien et cadien (émigration, Grand dérangement, retour d’exil) ayant œuvré en tous sens durant quatre siècles sur les trois espaces géoculturels.



  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !